Au Louvre, l’aile des arts de l’Islam.

On peut avoir bien des réticences sur l’appellation de ce département du Louvre, dont les objets présentés des quatre coins d’une trop vaste région du globe concernent évidemment plusieurs civilisations avec des influences très diverses sur des milliers d’années; comment pourrait on ainsi réduire ces trésors de l’Humanité à l’Islam ?.

Il faut peut être y voir une tendance mondiale puisque le Victoria & Albert Museum à Londres, le Metropolitan Museum de New-York sans compter ceux du Caire ou de Doha ont témoigné eux aussi un réel intérêt pour ce qui était depuis très longtemps une affaire de spécialistes.

Le Louvre a donc lancé en 2004 un concours international d’architecture, et le choix des lauréats : Mario Belini associé à Rudy Ricciotti  proclamé en Juillet 2005.Après la restauration des façades de la cour Visconti par l’architecte des Monuments Historiques , les travaux ont démarré en juillet 2008 pour la livraison en Mai 2012 de ce bâtiment en béton noir , verre extra clair et métal doré.

Avec son toit ondulant en maille métallique dorée ce bâtiment s’expose à beaucoup de métaphores arabisantes faciles.  Or ce nouvel espace muséographique de 2800 m² n’a rien du pastiche et offre un cadre clairement identifiable sans chercher à composer avec l’histoire du palais du Louvre dans lequel il s’insère pourtant avec élégance.Ainsi Mario Bellini et Rudy Ricciotti ont développé dans la note de présentation de leurs premières esquisses qu’ils ont  » rêvé une autre attitude qui , avec moins de pesanteur et davantage de tendresse, accueillerait amicalement l’Islam à l’image de la main tendue de Montesquieu au Persan en visite à Paris. » . Le bâtiment n’émerge qu’en partie sur la cour et l’importance de la partie en sous sol permet d’en réduire l’impact vis à vis de l’ordonnancement de la cour Visconti, notamment vis à vis des  fenêtres du premier étage et la galerie de Samothrace pour éviter  » une sémantique désacralisante entre art gréco-romain et arts de l’Islam ».

P1060921 P1070004 P1060922

La première chose qui frappe : sa toiture en forme de  tente , doublée d’une peau d’aluminium ajourée qui filtre la lumière et laisse passer celle du ciel parisien et permet de lire les façades de la cour Visconti.

 

Ceinturée de vitrages toute hauteur elle repose sur huit poteaux en acier .

P1060928 P1060929

Dans ce pavillon de béton noir et de verre l’autre ouvrage remarquable c’est l’escalier monolithe teinté dans la masse qui relie les  niveaux  haut et bas et qui fonctionne comme une poutre . Il a été coulé d’un seul bloc sous de très forte pressions injecté à la base( béton « auto-plaçant ») mis au point par R Ricciotti avec Lafarge sur différents ouvrages notamment des passerelles piétons ( celle du  MuCEM à Marseille est particulièrement remarquable).

P1060930 P1060939 P1060934

Le bâtiment n’émerge qu’en partie sur la cour et  la partie en sous sol permet d’en réduire l’impact vis à vis de l’ordonnancement de la cour Visconti, notamment vis à vis des fenêtres de premier étage.

P1060936P1060937 P1060940 P1060946 P1070015P1070017P1120126

 » L’architecture est bien un sport de combat.J’en ai pleinement pris conscience lors du chantier du Louvre ou l’adversité de la bureaucratie était effroyable.Cet établissement public s’est fâché avec tous ses architectes ou scénographes (Amelio Galfetti,François Pin ou encore le scénographe new-yorkais du Louvre-Lens).Avec moi ils n’ont pas pu car j’ai du les tenir d’une poigne d’acier afin qu’ils ne me plantent pas le chantier.Là est la preuve que ce métier se fait arme à la main et non avec le sourire de la Joconde.Tous mes confrères ont abandonné ou ont été virés parce qu’ils étaient tendres.Quel prix à ce désastre pour le contribuables?Si je n’avais pas fumé le Maître d’Ouvrage pendant huit ans, par plus de cent cinquante courriers recommandés, le projet de ce beau département des Arts de l’Islam aurait été suspendu.Et il n’est pas inutile d’imaginer le désastre politique , alors que les mécènes ont surcouvert les coûts de construction quand l’entreprise Vinci avait huit mois de retard de facturation. Mort aux cons et aux traîtres à la République ! Une et une seule solidarité dans cet appareil broyeur de bienveillance , la conservatrice Sophie Makariou qui s’évertua à célébrer le vivant et les arts de la construction. »

Rudy Ricciotti  « L’ARCHITECTURE EST UN SPORT DE COMBAT , conversation avec David d’Equainville » éditions textuel (15€).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s