Paris, le quartier de l’avenue de Flandre.

Une des caractéristiques de ce quartier c’est la grande hétérogénéité d’objets architecturaux formant un kaléidoscope des cinquante dernières années. Ces ensembles de conceptions architecturales et urbanistiques des années 60 à nos jours ont été réalisables dans cette partie du 19e en raison de son implantation éloignée du centre historique. Cette faille dans le conservatisme frileux des arrondissements centraux a permis un renouvellement d’expériences digne d’intérêt en dépit de réalisations qui constituent souvent des « passages en force » .

Image 3

La balade démarre à la station de métro Stalingrad pour se diriger par l’avenue de Flandre, jusqu’à la station Corentin Cariou avec des échappées de part et d’autre de cet axe.

P1180590

A l’angle entre la rue du faubourg Saint-Martin et du boulevard de la Villette une architecture très présente, pour faire face à la violence de ce carrefour et face au viaduc de la ligne 2. Cet ensemble de 16 logements sociaux aux détails soignés est revêtu de tuiles plates vernissées (Fresh Architectures Arch.2014).

P1190635

n°7 avenue de Flandre immeuble de bureaux pour le syndicat CFDT (F. Raynaud Arch.2005) simplicité de la façade vitrée animée par les occultants argentés.

P1190636

n°12-14 avenue de Flandre: sur un terrain traversant avec une façade quai de Seine face au bassin de La Villette 2 immeubles de logements autour d’une cour en cœur de parcelle (H.Goube Arch.1995) travail sur une façade « post-moderne ».

P1190638

L’imposant immeuble de la Caisse Régionale de Sécurité Sociale de Paris du 17-25 avenue de Flandre (A.Leconte, J.& M.Roux-Spitz Arch.1966) qui occupe la parcelle rue du Maroc et le retour sur la rue de Tanger semble avoir provoqué par réaction la production architecturale à proximité.

P1190642

Le besoin de se singulariser pour rompre avec cette « normalité » des années 60 aboutit à un bâtiment signal. Ici à l’angle de l’avenue de Flandre et de la rue du Maroc l’immeuble de 50 logements sur 12 niveaux regroupe 3 corps de bâtiment rassemblés ( Tectône Arch. 1992-1996), tendance déconstructiviste urbaine qui multiplie les plans dans ce cadre urbain alors que F.Gehry pour l’ancien centre culturel américain de Bercy le développe dans un parc urbain.

P1190641

P1180659

Rue du Maroc, 46 logements sociaux ( F.Marzelle et I.Manescau Arch.2013)

P1180662

P1180667

n°21 rue de Tanger une réalisation soignée: sur les 2 niveaux bas l’agence d’architecture, l’appartement est situé au dessus de l’espace vide consacré à une terrasse (C. Lab Arch.1999-2005)

P1180671

P1180676

L’alignement des 3 architectures vues de la place du Maroc.

P1180656

n°67-107 avenue de Flandre: l’ensemble de logements des « Orgues de Flandre » ( M. Schulz van Treeck Arch.1967-1976, l’un des principaux assistants de Jean Ginsberg). 1950 logements répartis entre 4 tours et deux bâtiments longeant l’avenue de Flandre dont l’échelle est plaquée violemment sur un tissu à l’origine traditionnel. Si une certaine filiation avec les réalisations de H.Sauvage ( piscine des Amiraux) est discernable, l’échelle de cette  » performance exubérante » avec ses encorbellements successifs date cette architecture imaginée avant la crise de l’énergie. Façades en carreaux de grès étiré émaillés blanc.

P1180631

P1180638

P1180639

« La cité des Flamants » / Les tours de l’ilot Riquet au centre du terrain délimité par les rues de Flandre, Archereau, Mathis, Riquet et d’Aubervilliers ( M.Schultz Van Treek Arch. 1975-1977).

P1180641

P1180645

Carrefour Riquet-Curial-Archereau

P1190643

Coté rue Curial l’ancien bâtiment du Service Municipal des Pompes Funèbres de Paris dont le terrain débouche au 104 rue d’Aubervilliers (Delbarre et Gaudon Arch.1873) les deux halles de construction métalliques habillées de pierre et de brique ont été transformées en espace culturel d’arrondissement. Le « 104 » est désormais dédié à la création artistique de la ville de Paris et accueille expositions, restaurants, cinéma et théâtre.

P1180743

P1190644

La rénovation de ces 39.000m² ( Atelier Novembre Arch.2006-2008) permet d’accueillir jusqu’à 5.000 personnes.

P1190654

La sortie du 104 rue d’Aubervilliers permet de longer au n°138 et à l’angle avec la rue Raymond Radiguet, l’hôtel industriel « Métropole 19 » face au faisceau ferroviaire de la gare de l’Est (JP.Viguier & JF. Jodry Archi.1988), coté rue une façade urbaine faite d’alternance de briques de parement et de surfaces vitrées horizontales.

P1190660

Coté rue R Radiguet la cour intérieure dessert les deux corps de bâtiments parallèles (20.000 m²) avec une mise en scène des circulations verticales et des passerelles de liaisons pour une ré-interprétation contemporaine des entrepôts industriels à proximité.

P1190662

Au 17 rue Raymond Radiguet les ateliers municipaux de la Ville de Paris ( R.Piano Arch.) à coté de la cuisine scolaire bardée d’aluminium (Ph.Gazeau Arch.). La façade est la vitrine des activités de maintenance opérées dans le bâtiment. Le monte charge en façade relié l’auvent d’entrée exprime clairement la fonction du bâtiment.

P1190663

n°18-20 rue Mathis ( J-P.Buffi Arch.1982), un retour dans ce quartier à des sources plus urbaines et critiques vis à vis de l’urbanisme des « trente glorieuses ». Ici un programme de logements organisé autour d’une place intérieure urbaine. A l’opposé d’une façade trop lisse et vide de sens, et en continuité avec les alignements voisins celle-ci prétextant une référence au parcellaire ancien est creusée et ménage des vues biaises, cette tendance de la fin des années 70 est une déclinaison de dispositions initiées par Ch.de Portzamparc et G.Benamo pour la rue des Hautes-Formes dans le 13e.P1180741

Angle rue de Crimée et rue Curial, une autre opération d’urbanisme des années 60 (N.Coquet Arch. 1966). Sur l’ancien emplacement des usines à gaz face à la porte d’Aubervilliers, 1800 logements regroupés dans 16 tours de 19 niveaux avec effet graphique des façades en phase avec la production architecturale de l’époque mais sans atteindre les développements imaginés par Anger et Puccinelli en particulier pour les 3 tours de la résidence Erard dans le XIIé.

P1180746

Au carrefour avec l’avenue de Flandre voici un peu d’apaisement visuel dans  la production des façades et le respect des gabarits parisien (P.Berger et J.Anziutti Arch.1999) pour un programme de 20 logements ateliers d’artistes sur un rez de chaussée de commerces. La baie type est répétée de façon strictement identique et correspond à la superposition des habitations et des lieux de travail reliés par un escalier intérieur. Compte tenu de l’étroitesse de la parcelle les duplex sont à simple orientation

P1180749

L’ensemble de 400 logements du 127 avenue de Flandre (R.Anger, M.Heymann , P.Puccinelli, L. Véder Arch. 1961), seule une seule tour de 27 niveaux sur les 2 prévues à l’origine a été réalisée. Le plan est « en aile de moulin » animé par des décrochés de loggias. Bien loin de la qualité des autres projets réalisés par cette agence qui entretiennent une certaine relation avec l’art cinétique.

P1190801

P1180760

Au 143 rue de Flandre, habitations (P.Riboulet Arch.1990), le traitement du bâti à l’alignement autour du carrefour avec la rue de l’Ourq masque en partie la vision des plus grands ensembles d’habitations situés en cœur d’îlot construits précédemment.

P1190802

Avec l’ensemble du 146 avenue de Flandre ( M.Heymann H.Girou Arch.1981) l’alignement des bâtiments sur la voie publique est remis en cause comme beaucoup de grands programmes des années 70. Le plan masse de cet ensemble immobilier entouré de 3 rues est proliférant, préfabrication lourde et originalité à tout prix datent cet ensemble comme celui des « orgues de Flandre », pourquoi faire simple…..durant ces années beaucoup d’architectes fuyaient le dépouillement et la rigueur et préféraient jouer la carte de l’individualité des logements à l’intérieur du groupement.

P1180762

P1180767

46 rue de l’Ourcq (Ph.Gazeau Arch.1993) 26 logements pour postiers sur un terrain étroit et profond, étrangement les espaces communs sur cœur d’îlot sont plus connus que cette façade sur rue. Séparation des 2 volumes construits pour insérer dans la faille les escaliers et les coursives d’accès. Un « petit projet » sobre, radical, mais d’une grande richesse expressive par la variété des vues autour du paysage intérieur au cœur d’îlot qui a répondu aux exigences du Maître d’Ouvrage pour promouvoir qualité et expérimentation architecturale .

P1190805

Dans cette rue de l’Ourcq d’anciennes manufactures subsistent ré-aménagées souvent en bureaux.

P1180773

n°49-53 rue de l’Ourcq un important ensemble HBM de 1923.

P1180775

Retour vers l’avenue de Flandre, séparée sur toute sa longueur par un terre-plein central réservé aux piétons et planté d’arbres.

P1180777

n°156-160 avenue de Flandre et 30 rue de l’Argonne, contre le chemin de fer de Petite Ceinture, ( J.Brunet et E.Saunier Arch.1995-2000) une façade avec pan coupé assure la continuité du traitement assez familier à Paris, traitement du dernier étage avec duplex.

P1190715

Cette balade se termine à la station de métro Corentin Cariou situé après le viaduc du chemin de fer de Petite Ceinture. Elle peut se prolonger au delà ( voir Grand Paris, balade architecturale de la Porte de la Villette à Pantin).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s