Balade architecturale de la Porte Dorée à l’avenue Ledru Rolin.

A la fin du XVe siècle les voies d’approvisionnement à partir du Sud-Est de Paris vers le centre de la capitale se faisaient par les rues de Charenton, de Reuilly et de Picpus. L’actuelle avenue Daumesnil est venue en complément des précédentes à partir de 1862. Cette percée haussmannienne a permis lors de sa création la réalisation de nombreux lotissements privés. Les adjudicataires de cette nouvelle voie radiale furent souvent des architectes ou des entrepreneurs. Ce sont eux qui dessineront peu à peu le quartier que nous connaissons aujourd’hui.

Capture d’écran 2015-07-30 à 10.00.57

Au XXe siècle l’Exposition coloniale de 1931 relancera l’ urbanisation de cette périphérie. L’implantation retenue pour cette exposition organisée sur 110 hectares visait notamment à développer des « quartiers déshérités » le long des fortifications de Thiers. Ainsi le terminus de la ligne 8 du métro fut déplacé jusqu’à la Porte de Picpus rebaptisée Porte Dorée en lien avec la sculpture monumentale dorée de la France coloniale ( une allégorie au casque gaulois symbolisant « la France apportant la paix et la prospérité aux colonies ») qui fut implantée dans l’axe de la place monumentale dont l’ancien musée des Colonies vint clore un des cotés.

Depuis sa construction la Porte Dorée s’identifie fortement à ce bâtiment ( A.Laprade et L.Jaussely Arch.1931) qui fut construit à l’orée du bois de Vincennes pour célébrer l’empire colonial français. Ce projet provoqua d’inévitables conflits politiques lors de sa programmation mais aussi de représentation architecturale entre régionalisme et modernisme, tradition et modernité. 

En 1931 la fine colonnade de ce bâtiment monumental avait pour objectif de mettre en valeur une fonction pédagogique pour les visiteurs: « illustrer l’apport économique des colonies de l’Afrique à l’Asie » . Le bas-relief sculpté sur plus de 1130m2 ( et de 10 cm d’épaisseur maximale) fut réalisé par A.Janniot, il demeure un triomphe de « l’art décoratif moderne » réalisé en deux ans.« Grande tapisserie de pierre abritée par une sorte de dais léger, évoquerait les pays du soleil dans une note neutre et moderne » ( cf. A Laprade dans une note au Maréchal Lyautey commissaire général de l’exposition). Cette allégorie de l’Abondance, de la Paix et de la Prospérité est entourée des figures des grands ports maritimes français. L’Histoire rappelle que de tels ouvrages à but de propagande portent inévitablement les germes de leurs déclins programmés.

P1360840

p1360841

La signature Intérieure du bâtiment est assurée par la couverture intérieure à gradins du hall central ainsi que par les travaux de décoration réalisés par de nombreux artistes réputés : G.Poillerat pour les serrureries décoratives, Baguès pour les luminaires, E.J Ruhlmann et E.Printz pour le mobilier, les mosaïques au sol sont traités comme des tapis précieux, Jean Prouvé a réalisé le portail d’entrée.

Le musée des Colonies (1931-1935) fut ensuite dédié à la France d’Outre-Mer (1935-1959) puis aux Arts d’Afrique et d’Océanie (1961-2003), actuellement il accueille la Cité nationale de l’immigration. 

A la fin de l’Exposition coloniale et après démolition de la majeure partie des bâtiments certains espaces libérés permirent l’implantation de logements sociaux. Des HBM furent construits sur l’emplacement de la Cité de l’Information de l’Exposition coloniale le long du boulevard Poniatowski (1932-1934), résultat tangible d’une volonté politique forte de prise en main de l’aménagement urbain par les pouvoirs publics.

p1310136

A ces ilots d’HBM il faut opposer en vis à vis une « dent creuse » sur une parcelle qui nécessiterait d’être « raccommodée » au moyen d’une opération probablement difficile à faire émerger entre pesanteurs administratives et développement abusif des procédures de recours .

p1310130

Entre le boulevard Poniatowski et la voie ferrée de « la petite ceinture » rue E Lacoste, un petit lotissement coopératif rappelle la variété du tissu urbain dans ces quartiers périphériques. Celui-ci reprend des plans types d’habitations individuelles développés autour de la rue du docteur Leray dans le 13e par une société coopérative pour cheminots.

p1310126

En revenant sur ses pas au 6 boulevard Soult: immeuble de logements (Alluin & Mauduit Arch.1991), un des premiers développements de la façade « véranda » parfaitement adapté pour réduire les nuisances sonores le long du boulevard.

P1360837

En remontant l’avenue Daumesnil, à l’angle de l’avenue Michel Bizot et de la rue de Picpus (P.Riboulet Arch.1997), un ensemble de logements avec loggias vitrées économisant l’énergie, améliorant les performances acoustiques et formant jardins d’hiver. Comme souvent, la transformation en pièces de débarras nuit à l’esthétique de l’ensemble.

P1360850

Angle rue de Fécamp et 16 rue E.Robert, un plan masse en peigne de chaque coté d’une cour intérieure pour cet ensemble des 600 logements HBM (groupement des architectes de l’office public d’HBM 1924), détails entre tradition et début du vocabulaire de la modernité naissante.

P1360852

Au débouché de la rue de Fécamp sur l’avenue Daumesnil, voir aux n°234-246 des immeubles d’habitations sur 4 niveaux pour ouvriers bâtis à la demande de Napoléon III sur sa cassette personnelle. Ils furent dessinés en 1867 et réalisés par des entreprises britanniques.

186 avenue Daumesnil: l’église du Saint-Esprit (P.Tournon Arch.1928-1934). Certainement un des ouvrages des « chantiers du cardinal » les plus ambitieux par la taille. A partir de l’avenue Daumesnil, le porche d’entrée et son clocher (terminé en 1942) viennent s’intégrer entre deux immeubles d’habitations, l’église se développe à l’intérieur de l’îlot en particulier le long de la rue Canebière.

P1360870

Modernisme de la structure avec l’emploi du béton laissé brut de décoffrage, l’importance de la coupole de 22m de diamètre et de 33m de haut n’est visible qu’à partir de la rue R.E Robert, les parements des façades sont traitées de façon très traditionnelle en briques de Bourgogne.

P1360855

La couronne de lumière qui se dégage autour de la coupole byzantine n’inonde pas l’intérieur de l’église. L’éclairage naturel donne dans le « clair obscur » qui peut rappeler Sainte Sophie de Constantinople. Le poids de la tradition reste ici très pesant. On est loin de l’inventivité développée pour l’église St Jean de Montmartre par Anatole de Baudot (1887-1904), ou par A.et G.Perret dans l’église du Raincy (1923 ) .

P1310084

P1310080

En remontant la rue Canebière on arrive à l’ensemble des 500 logements HLM  du 59-93 rue Claude Decaen, 5-7 rue de Gravelle et rue Georges-Contenot (J.Bourgeois, J.Bukiet, G.Lesou et A.Picard Archi.1955 ). Cette importante rénovation urbaine par sa taille comporte 8 tripodes de 13 niveaux accolés deux par deux, ils sont associés à 5 autres bâtiments linéaires de 6 niveaux. Ces bâtiments inspirés d’exemples suédois ont été construits avant le développement des méthodes de préfabrication , ils sont réalisés avec une structure béton et remplissage en parpaings.

A défaut de luxe et de volupté, le calme règne ici dans un des plus grands jardins privatifs de Paris qui pourrait, en réduisant les blocages administratifs, être partagé avec les autres habitants du quartier. Une densification est en cours avec la réalisation de logements supplémentaires et d’une crèche.

P1310106

Ce n’est pas le seul ensemble immobilier monumental dont le plan masse est en rupture  avec le tissu urbain environnant dans le 12e, comme le met en évidence cette maquette du Pavillon de l’Arsenal, d’autres existent en longeant l’avenue de Reuilly .

P1310061

Après avoir franchi la Place Daumesnil ( ancienne barrière de Reilly des Fermiers Généraux), au 168 avenue Daumesnil, l’ensemble bureau de Poste et logements pour postiers ( P.Chavannes Arch.1993), cette opération s’est inscrite dans le développement important pour ce type de programme mixte entrepris par l’administration postale à Paris, avec des réalisations extrêmement variées « ….que cent fleurs s’épanouissent » … .

P1360876

Lui faisant face, au 187 avenue Daumesnil, le central téléphonique (P.Guadet Arch.1926). Comme pour l’hôtel particulier Guadet du 95 boulevard Murat l’ossature est revêtue de pastilles céramiques colorées.

P1360873

Retour place Daumesnil: dans la rue de Reuiily  du n° 95 au 103 et à l’angle avec la rue du Sergent-Bauchat, plusieurs bâtiments distincts ( R.Schweitzer Arch.1971-1976), l’école d’infirmières des Diaconesses et l’institut Sainte-Clotilde. Façades en béton et briques selon les principes du néo-brutalisme et déclinés ici avec rigueur et sobriété.

P1360877

P1360878

Par le même architecte l’importante opération de rénovation urbaine entre la rue de Picpus et les 105-109 rue de Reuilly ( plus de 40.000m² de logements sociaux) construite en 1971 n’offre hélas pas le même intérêt architectural et correspond à la politique de rénovation aux forceps de cette époque. A proximité immédiate l’église St Eloi en acier utilise un vocabulaire contemporain qu’on ne rencontre que trop rarement ( M Leboucher Arch. 1967).

29-33 rue Montgallet et 25 passage Stinville vers le square de la baleine (Babel Arch.2006) un travail « décoratif » des balcons associé à un usage de la brique de parement.

P1360880

P1360883

Dans la rue de Reuilly au n°85 l’impasse Mousset présente quelques exemples d’anciens ateliers d’artisans transformés en habitations avec à la belle saison des floraisons bucoliques. Dans le même esprit au n° 69 le portail de fer forgé permet d’accéder à la cour d’Alsace-Lorraine autrefois dédiée à l’artisanat, maintenant rénovée et repeinte dans des couleurs ocres. La partie arrière de la cour jouxte l’Ecole Boulle.

P1360888

Plus loin dans la rue de Reuilly et en longeant le passage Saint-Charles, une autre importante opération d’urbanisme s’étire sur une grande longueur pour attester que les promoteurs ont largement participé au renouvellement du tissu urbain parisien.

P1360892

Avant de gagner la rue P.Boudan, l’extension de l’Ecole Boulle, (A.Laprade et J.Prouvé Arch.1952), le mur rideau développé par Jean Prouvé est contemporain de celui de la Fédération du Bâtiment rue Lapérouse, dans les deux cas il a été développé dans un esprit de légéreté y compris dans sa manutention et sa mise en oeuvre sur chantier.

P1360896

Avenue Diderot, résidence étudiante (S.Brou Arch.2011) entre signal urbain et rupture de l’alignement et dans les matériaux.

P1360903

Entre le boulevard Diderot et la rue du Faubourg Saint-Antoine, on rejoint l’ancienne caserne de Reuilly. Initialement Manufacture Royale des Glaces en 1634 puis bâtiment militaire et administratif sous Louis-Philippe. Ce terrain de 2 hectares fait l’objet d’une réhabilitation et d’un réaménagement avec démolition des murs d’enceinte pour faire émerger un nouveau quartier d’environ 600 logements autour de l’ancienne place d’arme aménagée en espace vert de 5.000 m2.

Au delà à gauche, la rue Crozatier permet de rejoindre l’ avenue de Corbera. Des deux cotés de cette rue un ensemble de logements de rapport par le même architecte (E.Lambla de Sarria Arch.1923-1928) pour le compte d’un investisseur privé. L’homogénéité monumentale de la rue est rythmée par des bow-windows, totalement à l’opposé du morcellement quasi-systématique mettant en valeur les individualismes qu’on rencontre depuis une vingtaine d’années.

P1360906

48 boulevard Diderot, l’ancienne Maison des élèves de l’école Centrale ( P.Leprince Ringuet Arch.1929) a été transformée en résidence Citeaux du CROUS de Paris.

P1360907

28 rue de Citeaux, la cuisine centrale de l’hôpital Saint-Antoine (E.Ciriani Arch.1985),la volonté de produire un manifeste d’abstraction tout en bousculant vigoureusement les constructions voisines, naissance du « style Ciriani » entre complexité et modernité plastique aux effets de démonstration très appuyés qui apparait maintenant très daté.

P1360914

En face le square L. Ferré et le passage Driancou, comme dans beaucoup de lieux de l’arrondissement, le passé artisanal du quartier cède la place à la boboisation rampante.

P1360920

Seul lotissement notable dans le faubourg Saint-Antoine avant la Révolution, le Marché-Beau, devenu Marché d’ Aligre, est installé depuis 1781. M-G Jolivet, architecte de la ville  construisit en 1843 le nouveau marché couvert . Dans la partie Nord-Est l’immeuble aux balcons filants exprime par sa rupture très affirmée avec le tissu environnant la brutalité de beaucoup de rénovations urbaines des années 70 .

P1360932

Le quartier possède d’autres chocs urbains, celui à l’angle de l’avenue Ledru-Rollin et du 50-56 rue de Charonne résulte de l’abandon en 1965 de l’élargissement programmé de cette rue à 40m.

p1320967

Une tranche particulièrement fine attire l’attention du promeneur.

p1320968

Seule compensation pour les nostalgiques à ce carrefour :« le Bistrot du Peintre ». Crée en 1902 dans un décor brasserie Art Nouveau et orné de faïence et de bois, il vous permettra d’épiloguer sur les bouleversements urbains passés ou à venir de l’arrondissement.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Balade architecturale de la Porte Dorée à l’avenue Ledru Rolin. »

  1. Bonjour,
    Encore une très belle balade. Je suis secrétaire-général d’une association de protection du patrimoine rural « Maisons Paysannes de France ». Nous avons actuellement un millier d’adhérents habitant Paris et nous souhaiterions leur proposer des balades architecturales. Pourrions nous utiliser vos parcours, en mentionnant évidemment nos sources ? Auriez vous des compléments ou des suggestions à nous faire. Si vous souhaitiez vous joindre à nous ce serait avec le plus grand plaisir. Si vous voulez me joindre pour en savoir plus : secretaire-general@maisons-paysannes.org
    Jean Hernandez
    0678059705

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s