Paris, balade autour de la rue Mouffetard.

En première partie cette balade démarre à la petite place Lucien Herr, elle remonte ensuite la rue Tournefort bifurque vers la rue Lhomond pour reprendre  la rue des Irlandais, puis les rues de l’Estrapade, Thouin, du Cardinal Lemoine, Descartes, Monge, d’Arras, de Poissy, Saint Victor, de Pontoise. En deuxième partie on remonte vers la place de la Contrescarpe puis on descends la rue Mouffetard en faisant quelques échappées.

Image 8

La rue Tournefort (ancienne rue Neuve St Geneviève) et la rue Lhomond sont bâties d’immeubles qui datent du XVIIIé jusqu’au début du XIXé. Les maisons de 2 étages aux toits mansardés sont nombreuses. Les couvents ont occupé l’espace délimité par les rues Tournefort, du Pot de Fer et Lhomond et y demeurer jusqu’aux années 60. En remontant la rue Tournefort on découvre au n° 25 la maison ou Balzac situe la pension de Mme Vauquer dans Le Père Goriot. Les premières maisons de la rue possèdent de petits escaliers pour accéder à de petits perrons, et ce dispositif se retrouve symétriquement par rapport à la place coté rue Lhomond.

La rue Lhomond remonte vers la rue Saint Jacques et se rétrécit à hauteur du séminaire du Saint-Esprit au n°28.

Les rues voisines sont proches de l’enceinte de Philippe Auguste, leurs anciens noms renvoyaient au passé rustique de ce quartier ( rue des poules, rue du Cheval-Vert, rue du Puits qui parle). En remontant la rue Lhomond on arrive au Collège des Irlandais.

Place Louis Herr , restaurant chez Lena et Mimile

Place Louis Herr, le restaurant « Lena et Mimile » offre une des plus belles terrasses de restaurant dans le calme et au soleil pour déjeuner .

rue Tournefort

Rue Tournefort.

 

rue Tournefort vers St Etienne du mont

Rue Tournefort vers St Etienne du Mont.

rue Tournefort

rue Tournefort ( ancien couvent des filles de st aure)

Rue Tournefort, l’ancien couvent des Filles de St Aure.

 

A l’angle de la rue Tournefort et de la rue Blainville.

vue au croisement Blainville rue Thouin

On revient sur ses pas avec une pensée devant le n°8 de la rue Tournefort.

rue Tournefort

 

Puis on prend la rue Amyot qui débouche face aux laboratoires de l’École Normale Supérieure.

labos de Normal Sup rue Lhomond

On tourne alors à gauche pour prendre la rue Lhomond vers la place L Herr.

angle Amyot et Lhomond

Au n°28 de la rue Lhomond, le séminaire du St Esprit. Un haut relief placé au dessus de la porte représente deux missionnaires l’un baptisant l’autre évangélisant.

rue Lhomond n°28 le séminaire du St Esprit

 

angle Lhomond et rue Rataud

Angle rue Lhomond et rue Rataud.

coeur d'ilot angle Lhomond et rue du Pot de Fer les résidences du Panthéon, ancien couvent des bénédictines du Saint Sacrement

En coeur d’ilot à l’angle des rues Lhomond et du Pot de Fer ( résidences du Panthéon), ancien couvent des Bénédictines du Saint Sacrement.

rue Lhomond

La rue Lhomond nous ramène à la Place L.Herr, en face la résidence étudiante Concordia.

résidence étudiante CONCORDIA place L Herr

Plus bas et entourant le collège P. Alviset sur 2 cotés: une résidence étudiante ( P. Tournon Arch.1930) construite sur ossature béton. En partie supérieure du pignon: 3 grandes cabochons ( une fleur, une flamme et une étoile représentent les arts, les sciences et les lettres).

rue Lhomond (P Tournon Arch 1929)

rue Lhomond

On revient rue Lhomond en direction du Panthéon et du Collège des Irlandais.

 rue Lhomond

rue Lhomond détail

On longe ensuite le jardin du Collège des Irlandais pour tourner rue des Écossais.

rue Lhomond ( le collège des Irlandais)

 

Le Collège des Irlandais  existe depuis la fin du Moyen-age, c’est le dernier représentant des anciens collèges étrangers de Paris. En 1677 après les guerres anglo-irlandaises le nombre d’Irlandais ayant fortement augmenté Louis XIV leur donna l’ancien Collège des Lombards.

rue des Irlandais

Son jardin intérieur est un cadre agréable pour s’y reposer.

p1230598

A l’extrémité de la rue des Irlandais en tournant à droite on arrive dans la rue de l’Estrapade qui comporte plusieurs beaux hôtels particuliers puis sur une petite place qui permet de découvrir le dôme du Panthéon. La rue Thouin qui longe pour partie le lycée Henri IV rejoint ensuite la rue du cardinal Lemoine.

rue de l'Estrapade

rue de l'Estrapade

Au n°9 la Maison Cuchet (1785) à l’angle avec la rue Laromiguière, qui a servi de décor pour un film d’A Resnais.

angle Laromiguiere et rue de l'Estapade ancienne brulerie de café ( décor d'A Resnais pour le film La guerre est finie)

Au n°5 l’hôtel particulier connu sous le nom de Bony (1727).

rue de l'Estrapade angle Laromiguiere Hotel Bonny 1727

On prend ensuite la rue Thouin qui longe le lycée Henri IV pour déboucher rue du Cardinal Lemoine.

rue du cardinal Lemoine

Au n°77 la Maison Saint-Charles qui appartenait à la congrégation religieuse des Pères de la doctrine chrétienne, installés dans le quartier vers 1630. L’aspect particulier du porche d’entrée est lié à une modification importante du niveau de la rue en 1685.

En tournant à droite on trouve l’immeuble habité par E Hemingway durant sa vie parisienne.

rue du cardinal Lemoine

35 2

Puis on redescend la rue du Cardinal Lemoine, un brève incursion dans la cour intérieure de l' »hôtel des Grandes Écoles » et profiter du calme de ce cœur d’ilot particulièrement apprécié aux beaux jours.

rue du carninal Lemoine l'hotel des grandes écoles

36 3

 

 

rue du cardinal Lemoine

Au croisement avec la rue Clovis on découvre le Collège des Écossais.

39 1

rue du cardinal Lemoine le collége des Ecossais

Là aussi les conséquences de l’abaissement du niveau de la rue sont lisibles en façade avec ces deux porches qui se superposent. La chapelle au premier étage abrite le tombeau de Jacques II roi d’Angleterre, mort en exil à Saint-Germain-en-Laye en 1701.

le collège des Ecossais

On arrive ensuite au carrefour avec la rue Monge.

angle Monge et cardinal Lemoine

Dans le prolongement vers la rue des Écoles, la Seine et Notre Dame.                             On emprunte la rue Monge jusqu’à la rue d’Arras.

 

La rue d’Arras possède une librairie spécialisée dans les BD anciennes.

rue d'Arras

 

 rue d'Arras

 

Et une librairie-galerie spécialisée dans le « street art ».

rue d'Arras

Après avoir franchi la rue des Écoles on emprunte le petit escalier de la rue St Victor pour rejoindre de Collège des Bernardins rue de Poissy.

rue des Ecoles vers la rue St Victor

rue Saint Victor

C’est un moine anglais, Etienne de Lexington, abbé de Clairvaux, qui initie le projet du collège de Saint-Bernard bientôt désigné collège des Bernardins. Un demi-siècle après la création de l’Université de Paris la construction commence en 1248 sur le modèle architectural des abbayes cisterciennes.

rue de Poissy le cloitre des Bernardins

51 4

On revient ensuite rue Saint-Victor, dont le nom est lié à celui de l’abbaye à laquelle elle conduisait.

 

Au n°14 de la rue Saint-Victor un hôtel particulier du XVIIé siècle .

rue St Victor

Plus loin dans la rue Saint-Victor la salle de La Mutualité (Lesage et Miltgen Arch. 1928-1931).

angle St Victor et rue de Pontoise

entrée de la Mutualité

L’église de Saint Nicolas du Chardonnet, XVII et XVIIIè (façade de Ch.Halley Arch.1932-1937).

St Nicolas du Chardonnet

Rue Saint-Victor on tourne à gauche vers la rue de Pontoise.

angle St Victor et rue de Pontoise

rue de Pontoise

La piscine de la rue de Pontoise ( L Pollet Arch.1933).

la piscine de la rue de Pontoise

En deuxième partie de cette balade on revient vers la quartier Mouffetard, en reprenant la rue du Cardinal Lemoine au carrefour avec la rue des Écoles vers le Collège des Écossais. Au n° 49: l’Hôtel Le Brun neveu du célèbre peintre (G Boffrand Arch.1700).

rue du cardinal Lemoine

Plus haut après avoir longé le Collège des Écossais et pris la rue Clovis qui franchit les ruines des remparts de Philippe Auguste on tourne rue Descartes pour découvrir le pignon peint par Alechinsky.

 

En vue de St Etienne du Mont on tourne à gauche vers la rue Descartes.

angle Descartes Clovis et St Etienne du Mont

pignon rue Descartes

 

Le quartier Mouffetard est devenu depuis une quinzaine d’années un décor pour touristes en recherche d’autochtones ou de typique, et malheureusement entre la Contrescarpe et Saint Médard le pittoresque est devenu assez artificiel .

La place de la Contrescarpe a été crée au milieu du XIXé siècle,  bordée de terrasses de cafés autour d’un petit espace vert c’est un lieu privilégié du quartier. La Contrescarpe qui donna son nom au lieu est celle de l’enceinte de Philippe Auguste.

place de la Contrescarpe

Peu de passants prestent attention à l’enseigne Au Nègre Joyeux au dessus de ce qui était au XVIIIe la boutique d’un marchand de chocolat .

enseigne d'un marchand de chocolat du XVIII

 

place de la Contrescarpe

 

Façade de la Garde Républicaine coté rue Mouffetard ( entrée principale Place Monge ) construite en 1821 et installée sur les bâtiments de l’ancien couvent de la Miséricorde de Jésus fondé en 1652. Rue de l’Épée de bois un détour pour voir un bâtiment construit par A Chemetov ( 1967) permet en empruntant la rue Pestalozzi d’arriver jusqu’à la mosquée de Paris.

rue Mouffetard la caserne de la Garde Républicaine (1821)

Rue de l’Épée de bois un détour vers un bâtiment ( P Chemetov Arch.1967) permet en empruntant la rue Pestalozzi d’arriver jusqu’à la mosquée de Paris.

rue de l'épée de bois ( P Chemetov Arch)

 

P CHEMETOV Architecte ( 1967)

Une vue à partir de la rue Pestalozzi vers la rue du Puit de l’Ermite .

 rue Pestalozzi vers la mosquée et la place du puit de l'ermite

La mosquée de Paris à l’angle des rues Daubenton et Desplas est un projet symbolique  ( M. Tranchant de Lunel, R. Fournez, M. Mantout, et C. Heubès Arch.1922-1926), en souvenir des soldats musulmans qui se sont battus pendant la première guerre mondiale.

angle Daubenton et rue G Desplas

On revient rue Mouffetard : au n°103 une plaque commémorative de l’occupation des Prussiens en janvier 1871.

 

rue Mouffetard n°103 plaque commémoratice de l'occupation des Prussiens en janv 1871

Au n°116 à l’angle avec la rue de l’Arbalète un des trop rares cafés restaurants, après la surabondance des restaurants grecs des années 70.

rue Mouffetard n°116

Au n°122 ne pas manquer l’enseigne.

rue Mouffetard n°122

Face au porche de St Médard au n°134, un décor de façade conçu en 1929 par le peintre Eldi Gueri. Quatre panneaux peints sur tôle représentant des scènes campagnardes, avec au dessus sur un fond ocre des biches, cerfs et sangliers surmontés d’un décor végétal très fouillé inspiré par la Renaissance italienne.

 

rue Mouffetard n°134 ( décor peint du peintre E Gueri 1929)

L’église Saint-Médard dont la nef date de la fin du XVé siécle. L’église St Médard est assez composite, elle n’en conserve pas moins le charme d’une église de campagne à Paris. A cet endroit la rue Mouffetard marquait une pose avant de franchir la Bièvre et de monter au Sud vers la barrière d’Italie.

église St Médard

Cette balade se termine au carrefour des rues Mouffetard et R E Quénu proche du carrefour des Gobelins.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s